Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2017 3 13 /09 /septembre /2017 09:37

24° Dimanche du Tps Ord « A » – 17 septembre 17

Première Lecture : Siracide 27 30—28 7

Deuxième Lecture : Romains 14 7–9

Évangile de Jésus Christ selon St Matthieu 18 21–35

 

« En ce temps-là, Pierre s’approcha de Jésus pour lui demander : « Seigneur, lorsque mon frère commettra des fautes contre moi, combien de fois dois-je lui pardonner ? Jusqu’à sept fois ? » Jésus lui répondit : « Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à 70 fois sept fois. Ainsi, le royaume des Cieux est comparable à un roi qui voulut régler ses comptes avec ses serviteurs. Il com­mençait, quand on lui amena quelqu’un qui lui devait dix mille talents (c’est-à-dire soixante millions de pièces d’argent). Comme cet homme n’avait pas de quoi rembourser, le maître ordonna de le vendre, avec sa femme, ses enfants et tous ses biens, en rem­boursement de sa dette. Alors, tombant à ses pieds, le serviteur demeurait prosterné et disait : “Prends patience envers moi, et je te rembourserai tout.” Saisi de compassion, le maître de ce serviteur le laissa partir et lui remit sa dette.

« Mais, en sortant, ce serviteur trouva un de ses compagnons qui lui devait cent pièces d’argent. Il se jeta sur lui pour l’étrangler, en disant : “Rembourse ta dette !” Alors, tombant à ses pieds, son compagnon le suppliait : “Prends patience envers moi, et je te rembourserai.” Mais l’autre refusa et le fit jeter en prison jusqu’à ce qu’il ait remboursé ce qu’il devait. Ses compagnons, voyant cela, furent profondément attristés et allèrent raconter à leur maître tout ce qui s’était passé. Alors celui-ci le fit appeler et lui dit : “Serviteur mauvais ! je t’avais remis toute cette dette parce que tu m’avais supplié. Ne devais-tu pas, à ton tour, avoir pitié de ton compagnon, comme moi-même j’avais eu pitié de toi ?” Dans sa colère, son maître le livra aux bourreaux jusqu’à ce qu’il eût remboursé tout ce qu’il devait.

« C’est ainsi que mon Père du ciel vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère du fond du coeur. »

 

Seigneur, une fois de plus, tu nous bouscules par ta parole. ! Le mot « Evangile » veut dire « Bonne Nouvelle »  alors que  la parabole de ce jour à quelque chose d’insupportable. A plusieurs reprises Jésus, tu as été toi-même la cible de règlements de compte. A plusieurs reprises des pharisiens et de scribes vont s’organiser pour obtenir ton arrestation et ta mort sur la croix.

Nous voyons bien aujourd’hui, que dans le concret de notre existence, les choses ne sont jamais réglées d’avance. Les façons de vivre sont différentes et sont sources de tensions et d’incompréhensions inévitables. Régulièrement, nous entendons et nous utilisons des expressions comme : « Jamais, je ne lui pardonnerai… » « Ca, il me le payera cher » « Je ne peux pas oublier ce qu’il m’a fait » Ce sont là des expressions liées à des situations révoltantes, inacceptables, qui sont sources d’amertume et de vengeance. Quand on est soi-même concerné et sans défense, on se sent capable du pire. Un licenciement abusif, une déception amoureuse, une pénalité imméritée, un héritage mal ficelé sont occasions de nombreuses rognes inoubliables. Des frères et sœurs d’une même famille ne se parlent plus…..  les malentendus ne manquent pas dans le voisinage…. On pourrait multiplier les exemples où le pardon nous semble impossible : les règlements de compte en Lybie, l’occupation de la Palestine, la Corée du Nord, la Syrie, la Colombie et tant d’autres conflits qui font tant d’affamés qui se sentent abandonnés et parqués dans le désert.

Oui Seigneur, tu nous prends à contre-pied. Tu nous parles de l’Amour et de la Miséricorde de Dieu. Et aujourd’hui aussi, nous vivons des conflits insurmontables. Toi Jésus, tu nous proposes une clé, une ouverture, une chance nouvelle pour mieux vivre nos réalités humaines. Certes, on ne peut pas oublier ce qui nous a profondément révoltés, mais on peut le regarder sous un angle  différent. Jésus ne veut pas qu’on oublie. Il veut au contraire qu’on se serve de l’expérience pour faire mieux, pour trouver des chemins nouveaux où la paix et la fraternité sont possibles. Il ne faut pas s’épuiser à vouloir régler des comptes, mais tout faire pour que l’entente  et le respect soient primordiaux. De fait, chacun est très vite embarqué par ses ressentiments et ses  émotions. Nous sommes ainsi faits. Mais l’émotion ne doit pas être le seul critère, le seul levier  de commande pour une vie d’Homme. Jésus lui-même prenait du temps et se retirait sur la montagne pour réfléchir, pour prier. C’est ce que nous essayons de faire quand nous nous retrouvons à la messe dominicale, ou dans une équipe de réflexion autour d’un texte d’évangile. Jésus nous invite à une relecture de nos situations de vie, où nous cherchons à faire place à l’amour de Dieu au cœur de toutes nos réflexions et décisions.

En ce début d’année scolaire, nous voulons soutenir les efforts de nos enfants et de nos jeunes pour qu’ils prennent bien leur place dans la vie. A force de les encourager et à les pousser à être les meilleurs, on risque d’oublions l’essentiel. « C’est à l’amour que vous aurez les uns pour les autres que l’on reconnaîtra que vous êtes mes disciples. » C’est la règle d’OR de l’Evangile. Mais comme tout le monde, on se laisse embarquer par des publicités tapageuses qui enferment dans  la réussite individuelle, la domination où le paraître fait la loi.

Tout au long de sa vie, Jésus nous révèle ce Dieu dont la Justice est Miséricorde.

- Les bras grands ouverts, il accueille l’Enfant prodigue et lui manifeste son pardon et sa tendresse.

- Il s’invite chez Zachée, le percepteur malhonnête. Alors il prend conscience de son aveuglement et des conséquences de sa mauvaise conduite. Enfin il dépasse le calcul mesquin de son agir pour s’ouvrir à l’amour.  

La parabole d’aujourd’hui nous montre un débiteur enfermé par sa dette.

Il enferme aussi son compagnon, en oubliant l’Amour,  moteur de toute vie qui aurait pu le libérer. Décidément, à force d’avoir le nez sur le guidon, ce débiteur est passé à côté de l’essentiel, sans rien voir. Ses compagnons sont  plus lucides que lui. Il reste sourd à leurs reproches.

Jésus, Lui-même sur la croix, exprime la démarche qu’il propose aujourd’hui. Au moment de mourir, il adresse une dernière prière à son Père : « Père pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font. » Et en s’adressant à un autre condamné comme lui, il lui dit: « Aujourd’hui, tu seras avec moi au paradis ».

Aujourd’hui, au milieu de toutes les tensions et contradictions, Jésus nous invite à ne pas oublier l’essentiel : mettre l’Amour  de Dieu et du prochain au cœur de nos vies.

 

 

« Petit Rappel, pas d’homélie le 24 septembre ! Pèlerinage en Ethiopie du 16 au 28 septembre. »

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Riehl François
  • Le blog de Riehl François
  • : Homélies, photos, voyages, évènements, commentaires
  • Contact

Recherche

Liste Des Articles