Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2016 4 14 /04 /avril /2016 09:42

4e dimanche de Pâques « C » 17 04 16

Première Lecture : Actes 13 14, 43–52

Deuxième Lecture : Apocalypse 7 9, 14–17

Évangile de Jésus Christ selon St Jean 10 27–30

Mes brebis entendent ma voix, et moi je les connais ; et elles me suivent. Je leur donne de vivre pour toujours : jamais elles ne périront, et personne ne les arrachera de ma main. Ce que mon Père me donne est plus fort que tout, et personne ne peut rien arracher de la main de mon Père. Le Père et moi, nous sommes un.” (Bible des Peuples)

Ce quatrième dimanche de Pâques est traditionnellement, la journée mondiale de prières pour les vocations. L’évangile du Bon Pasteur, nous indique les qualités requises pour tous ceux qui ont une responsabilité dans la conduite et l’accompagnement du peuple de Dieu. Jésus, en faisant la comparaison du bon berger, relié à ses brebis, nous parle aujourd’hui du lien fort qui doit se tisser entre les responsables de l’Eglise et les membres mêlés aux différentes activités et mouvements. Dans l’évangile, il n’est jamais question de domination, mais de confiance, de reconnaissance, de pardon et d’estime réciproque.

L’important pour les brebis, ce n’est pas ce que dit le berger ; c’est le son de sa voix. Il peut leur dire n’importe quoi, c’est l’intonation qui les rassure, les apaise et les rassemble. Jésus ne dit pas : « Mes brebis écoutent ce que je leur dis », mais : « Elles entendent ma voix ». C’est tout différent ! La voix est l’expression d’une présence ; les mots prononcés par cette voix disent une identité, selon qu’ils sont porteurs de compassion, de commandement, de tristesse, de reproche, d’encouragement, d’amitié.

Pour en venir à notre époque, si souvent, ballotée, chahutée, parfois écartelée, il est d’autant plus nécessaire de retrouver des lieux de confiance et des personnes sur qui on peut compter. Trop de drames, apparemment sans avenir, trop d’abus dans tous les domaines, ne peuvent déboucher que sur le désespoir, le chacun pour soi qui est chemin sans issue. C’est l’enfer à notre porte.

En ce qui concerne l’Eglise catholique, depuis quelques semaines, les médias semblent unanimes pour dénoncer, avec raison, les actes pédophiles. Mais n’oublions pas, que ces drames marquent toutes les couches de populations. Quel est donc le but de cet acharnement ? Se payer la tête d’un cardinal, pour amoindrir l’audience du Pape François qui désarçonne les anticléricaux….. ? Il est urgent de tout faire pour accompagner les victimes et prévenir toutes les échappatoires.

Et que dire des nombreuses images que nous donnent les « bergers », ceux qui sont responsables de nos sociétés ? Ils devraient être exemplaires. Là aussi, que de scandales nuisent à la confiance et nous révoltent.

Si Dieu appelle, c’est parce que rien de ce qui se passe dans l’humanité et dans le cœur des humains ne le laisse indifférent. Or, il avait déjà clairement décliné son identité à Moïse en lui disant : « J’ai entendu les cris de mon peuple, et je viens. » Et donc, comme il est avant tout un « Dieu compatissant ». Son but est de soulager les souffrances qui peuvent être soignées et de donner un sens à ce qui est sans remède. Dieu n’a jamais cessé d’appeler, de mobiliser, de solliciter nos générosités pour embellir le monde et pour réajuster ce qui risque de tourner au néant. « Sauve mon peuple » demande-t-il à Moïse. « Sauve cette femme que deux vieillards lubriques veulent faire lyncher » dit-il à Daniel. « Sauve mon Eglise » demande-t-il à François d’Assise. « Sauve ma planète » dit-il par la bouche du Pape François.

Tout homme, toute femme est en mission pour l’humanité et pour la terre. Les talents que Dieu nous a confiés sont destinés à être partagés et mis au service de tous. Le désir du « Bon Pasteur », c’est de nous voir tous devenir pasteurs à sa suite, càd : responsables et répondants de la « de Bonne Nouvelle ».

Là, il faut se poser la question : Qu’est-ce qui nous empêche d’accueillir ce partage de responsabilité que le Christ désire tant nous transmettre ?

Il faut reconnaître, que dans le contexte actuel, il est difficile de discerner la VOIX de Celui qui appelle discrètement, mais avec insistance. Trop encombrés par toutes les sollicitations qui nous dispersent, le Bon Pasteur nous invite à prendre du recul pour apporter le meilleur de nous-même à la vie de nos communautés.

Prions, pour que naissent et grandissent des disciples de Jésus qui répondent à ses appels.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Riehl François
  • Le blog de Riehl François
  • : Homélies, photos, voyages, évènements, commentaires
  • Contact

Recherche

Liste Des Articles