Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2016 3 27 /01 /janvier /2016 09:29

4° dimanche du Temps de l’Eglise « C » 31 01 16

Première Lecture : Jérémie 1 4–5, 17–19

Deuxième Lecture : 1Corinthiens 12 31—13 13

Évangile de Jésus Christ selon St Luc 4 21–30

Alors il commence sur ce thème : “Cette Écriture est en train de s’accomplir : voyez les nouvelles qu’on vous rapporte !” Tous l’approuvaient et s’étonnaient de cette révélation de la grâce divine qui tombait de ses lèvres. Ils disaient : “Et penser que c’est le fils de Joseph !” Mais il leur dit : “Sûrement vous allez me citer ce proverbe : Médecin, guéris-toi toi-même ! On nous a parlé de bien des merveilles survenues à Capharnaüm : fais-les donc ici dans ta patrie !” Jésus ajouta : “En vérité, je vous le dis, aucun prophète n’est bien reçu dans sa patrie ! Croyez-moi, il y avait beaucoup de veuves en Israël au temps d’Élie lorsque le ciel retint l’eau pendant trois ans et demi, et qu’il y eut une grande famine dans tout le pays. Cependant Élie ne fut envoyé à aucune d’elles, mais bien à une femme de Sarepta dans le territoire de Sidon ! Il y avait de même de nombreux lépreux en Israël au temps du prophète Élisée, et aucun d’eux ne fut guéri, sinon Naaman le Syrien !” En entendant cela, tous dans la synagogue sentaient monter leur colère. Ils se lèvent, le poussent hors de la ville et le conduisent jusqu’à un ravin de la colline sur laquelle leur ville est construite, pour le jeter en bas. Mais lui passe au milieu d’eux et il va son chemin.

Toutes les semaines, les infos nous relatent des accidents mortels de jeunes au retour d’une soirée festive entre eux. Comme tous les jeunes de leur âge, ils aspiraient à la tendresse, à l’amitié et à la réussite. Mais combien de jeunes aujourd’hui ont perdu repères et sens à leur vie. A la différence de Jésus et des générations passées, les jeunes d’aujourd’hui ont grandi avec des jeux électroniques, IPhone… dans les mains. Ils sont marqués par tout ce qui est virtuel et ne voient plus la distance avec le réel. Pour illustrer, cette semaine, dans une maison de retraite, service Alzheimer, trois jeunes filles stagiaires de 16-17 ans, s’amusaient à ridiculiser ces malades en les filmant. Elles se croyaient intéressantes en communiquant ces images à tous leurs copains sur Internet. Elles n’ont même pas soupçonné qu’il y avait un problème grave comme tant de jeunes disent : « Oh, c’est pour rire ! » Il y a une forme d’inconscience qui tourne en violence quand ça ne marche pas comme ils veulent.

Tous nos jeunes aspirent à être aimés, à être reconnus et valorisés pour ce qu’ils sont et, ils attendent que les adultes les prennent plus au sérieux.

Or la société fonctionne tout autrement : elle est régie par les lois économiques, les rapports de forces et d’intérêts. Et là il n’y a guère de place au sentiment, à la considération et à l’amour. C’est la galère et la fragilité de beaucoup qui n’ont plus rien d’autre à espérer. Le « coup de gueule de l’hiver 1954» par l’Abbé Pierre est toujours d’actualité. 4 mille migrants dans la « jungle » de Calais campent dans les pires conditions. Les agriculteurs bretons : producteurs de porc et de lait en faillite ne voient plus d’autres issus que de faire des saccages et la pollution. N’y a-t-il pas d’autres solutions pour se faire entendre et pour exister que la casse et la destruction. Ca ne peut pas être une perspective pour la France d’en-bas.

Chrétiens, depuis notre tendre enfance, nous avons appris que Dieu est Amour et que la vocation de tout Homme est d’aimer et d’être aimé comme Dieu nous aime. A tous ceux qui ne savent plus très bien pourquoi ils sont sur terre, je leur dis : nous sommes là pour apprendre à aimer et à connaître, au terme de ce long apprentissage, les bienfaits de l’Amour. Dans sa lettre aux Corinthiens, l’apôtre Paul dit : « J’aurais beau tout connaître, tout partager, tout endurer, s’il me manque l’amour, je ne suis rien ».

La drogue, la délinquance, la folie, le suicide ne sont-ils pas la conséquence du manque d’Amour, les ravages laissés par son absence ? Devant ce douloureux naufrage, on cherche obstinément la boîte noire de l’accident. Résultat, on retrouve le manque d’amour : celui qui n’a pas su ou pu recevoir l’amour comme celui qui n’a pas su ou pu le donner.

A tous les écorchés de la vie, Jésus apporte la vraie libération au risque de ne pas bien se faire comprendre et d’y laisser sa vie lorsqu’ils veulent le précipiter dans l’escarpement de Nazareth. En quelque sorte, Jésus en a assez de tous ces faux semblants, de tous ces enfermements, de tous ces rajouts à la loi de Moïse. Il veut donner un souffle nouveau à la foi au Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. Il veut que ces concitoyens soient des Hommes libres et responsables, qui n’ont pas peur de s’investir pour la paix et la justice. Comme le pape Jean XXIII, par le Concile de Vatican II, voulait ouvrir la fenêtre pour laisser entrer un peu d’air frais, car l’Eglise en avait bien besoin. Aujourd’hui, tout semble bien loin. Au lieu d’ouvrir les fenêtres, certains courants dans l’Eglise se replient frileusement sur « les certitudes » comme si on pouvait revenir en arrière. L’avenir de l’Eglise ne se joue pas seulement dans nos assemblées dominicales, mais là où des hommes, des femmes et des jeunes osent encore prendre la parole pour renverser la machine à rendement, à fric et redonner toute sa place à l’Homme.

Les paysans Bretons, malgré la distance avec l’institution de l’Eglise, certains d’entre eux, au milieu de leur désespoir, se tournent vers le Pape François. Il n’a certainement pas de solutions toutes faites, mais lui ne désespère pas de l’Homme. Car l’Homme est la tendresse de Dieu et Lui, ne les abandonnera jamais.

L’Evangile de Jésus Christ, avec sa force de contestation, se révèlera toujours plus fort que toutes nos mesquineries, paresse, résignation ou nos manques de courage.

« Jésus, passant au milieu d’eux, allait son chemin. »

Jésus au milieu des fluctuations de l’histoire, des refus des hommes, continue son chemin. Oserons nous le suivre jusqu’au matin de Pâques pour que d’autres se lèvent et comprennent son message : « Il n’y a pas de plus grande preuve d’amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Riehl François
  • Le blog de Riehl François
  • : Homélies, photos, voyages, évènements, commentaires
  • Contact

Recherche

Liste Des Articles